Vérités et mensonges ou le triomphe de l’ultracrépidarianisme

« Vérité et mensonge au sens extra-moral » de F Nietzsche est un ouvrage (1873) posant une claire distinction entre l’intellect – créateur d’abstractions perçues comme des réalités – et la connaissance. Le raisonnement se poursuit en proposant deux catégories de vérité, la vérité morale, on parle de véracité à savoir une vérité fondée sur des connaissances établies et partagées par sa communauté d’appartenance, et la vérité au sens extramoral fondée sur les connaissances par les sensations qui sont donc distinctes d’un individu à l’autre au sein d’une même communauté. On peut penser que si Nietzsche vivait aujourd’hui il ajouterait certainement une catégorie supplémentaire celle de la vérité au sens amoral, c’est-à-dire une négation de la véracité au profit d’une démarche sensationnelle de propagande et de communication.

(Lire plus…)

Évolution politique des réseaux sociaux

Évolution politique des réseaux sociaux ou évolution sociétale des réseaux politiques ? Les deux termes de la question sont possibles tant les imbrications entre les réseaux sociaux et le monde politique sont fortes, réelles, et pour ne pas dire inextricables. Aurait-on imaginé que D. Trump allait diriger via Twitter son pays, près de 30 000 messages, aux sujets et objets très variés – comme, pour un des derniers en date, pour virer son ministre de la Défense – avec comme points de fixation « lui », ses décisions, ses états d’âme, ses humeurs, ses satisfactions, etc. diffusées sur cette plateforme pour devenir le plumitif de sa présidence.

(Lire plus…)

Manifeste pour l’Intelligence juridique et stratégique

Chaque juriste et acteur du droit se doit de parfaitement intégrer que le droit n’est pas une fin en soi. Tout au plus est-ce un moyen, un outil de performance et de compétitivité décliné au profit des décideurs économiques, publics et privés. Dans cet esprit, le juriste se voit intimer la mission, pour se distinguer des autres praticiens du droit, d’apporter une valeur ajoutée pour son client/employeur.

(Lire plus…)

Rêves et leçons made in USA

L’« american dream » qui a bercé des générations n’est plus tout à fait le même que celui de nos aïeux. Le chewing-gum et le Coca-Cola ont été remplacés par Facebook ou Amazon et les alliées de l’OTAN ont cédé la place à un autant pour moi qui modifie les relations internationales autrefois faites d’alliances aujourd’hui dominées par l’égoïsme assumé. Ne nous y trompons pas le « selfish power » n’est pas né avec Trump, mais bien avec Obama, et Biden ne va assurément pas infléchir cette ligne directrice.

(Lire plus…)

2016 un passé pas si lointain

Si D. Trump a manifestement été battu, il convient de se rappeler qu’il y a quatre ans, perdant le vote populaire, ce qu’il a toujours eu en travers de la gorge, il avait cependant été élu ce dont il se rengorgeait bruyamment. Il est vrai qu’il avait alors prouvé que l’on pouvait, sans expérience politique, mais fort d’une notoriété médiatique s’imposer comme le représentant d’un parti (les Républicains), remporter une élection (au mode de scrutin pas toujours évident à comprendre pour nous français, mais seul le résultat compte) et se maintenir au pouvoir avec le nombrilisme et l’égocentrisme comme seules boussoles politiques et la loyauté à sa seule personne comme unique conception de l’intérêt général.

(Lire plus…)